Transformation des hypers : FO porte la voix des salariés

Le PDV et la RCC ont fortement déstructuré les effectifs des magasins engendrant une détérioration des conditions de travail et du service client.

Depuis plusieurs mois, le même constat remonte régulièrement de la part de nos représentants du personnel FO des hypermarchés : manque d’effectif, rayons vides, réserves pleines, salariés fatigués et démotivés, stress, absences, fuite de nos clients vers la concurrence…

Pendant ce temps, la Direction continue de déployer son plan de transformation « Carrefour 2022 » sans réellement tenir compte de son impact social et de ses conséquences sur la santé physique et mentale des salariés, dans les magasins.

Les élus FO ont interpellé Marie Cheval, Directrice des Hypermarchés France, ainsi que Jérôme Nanty, Directeur Exécutif Groupe France sur le manque d’effectifs dans nos hypermarchés, et de ses conséquences sur les conditions de travail du personnel.

FO a également dénoncé la mise en place d’une nouvelle organisation de travail (Excellence Opérationnelle Simplifiée) non anticipée et non maitrisée, dont le seul objectif, dans les magasins, est d’installer une polyvalence visant à compenser les départs massifs.

Cette nouvelle organisation, très loin de l’excellence espérée, se déploie dans les magasins sans cadre réel défini, de façon désordonnée et diamétralement opposée d’un hyper à l’autre.

Les premiers retours du questionnaire et de la pétition nationale mis en place dans les magasins confirment les remontées des élus FO.

Les salariés en ont marre !

Si la Direction, pour faire face à son environnement concurrentiel dans le cadre de son plan de transformation 2022, veut faire faire évoluer son modèle organisationnel et social, elle ne pourra le faire qu’avec les salariés et pas… contre !

Comme nous vous l’avons déjà dit, la transformation des hypermarchés et la mise en place des nouvelles organisations de travail ne pourront pas se faire sans les salariés restants et devront assurer des conditions de travail satisfaisantes, tout en maintenant l’équilibre nécessaire leur permettant de concilier vie privée et vie professionnelle.

A défaut, elle engendra une déception et une perte de confiance légitime des salariés qui rendra cette transformation psychologiquement, commercialement et socialement très difficile.

Dominique Moualek, délégué national FO Carrefour hypers