La prime !

Ce qu’il est possible d’affirmer à cette heure

FO, depuis le 16 mars, revendique l’application de la « prime Covid » aux salariés de Carrefour.

La direction a déjà prévenu la semaine dernière :
L’information sur cette prime et les conditions de son attribution ne seront pas officiellement annoncées, avant le 30 avril (source : différents CSE…).

Alexandre Bompard a annoncé, le 22 mars, lors de son message télévisé sur France 2 :
– Carrefour versera une prime de 1000€ net à toutes les équipes qui sont sur le terrain : magasins, entrepôts et Drive ;
– Tous les salariés, quel que soit leur contrat, CDI ou CDD ;
– Le montant sera le même pour les Temps Complet et les Temps partiel.

Jérôme Nanty, DRH Groupe, a expliqué, lors de déclarations à la presse le 25 mars :
« La prime annoncée par Alexandre Bompard devrait être versée fin mai. »

Le Ministre de l’Economie, Bruno Lemaire, a déclaré fin mars :
Seront concernés par la prime :
– Les intérimaires mis à disposition de l’entreprise utilisatrice
– Tous les types de contrats CDD, CDI
– Temps partiel, temps plein
– Contrats d’apprentissage, Contrats de professionnalisation.

La prime sera défiscalisée et ne supportera :
– Ni charges fiscales
– Ni charges sociales (dans la limite de 1000€)

FO a revendiqué chez Carrefour Supply Chain, le 2 avril :
-Les salariés des « groupements employeurs » doivent bénéficier de la prime comme leurs collègues dans les entrepôts Carrefour.

Pour FO, la solidarité doit être au cœur de l’attribution de la prime ainsi que la prise en compte de la précarité.
Ces critères devront considérer le travail accompli par les salariés dans des conditions particulièrement difficile et complexe, du fait de la tension, de l’anxiété, de l’angoisse mais aussi des peurs engendrées par l’épidémie.

Alexandre Bompard l’a affirmé lui-même :
«…la prime sera versée en signe de reconnaissance pour l’extraordinaire engagement qui est le leur en ce moment… »

A ce jour des échanges sont en cours entre les syndicats et la direction du Groupe France.

Souhaitons que Carrefour soit plus vertueux que ses concurrents, qui ont construit une usine à gaz pour en limiter le montant moyen versé aux salariés.