Conditions de travail, les élus FO de Saran alertent la direction

28 novembre 2019

Lors de sa visite dans le magasin de Saran (45), les élus FO ont remis à Mme Cheval, Directrice exécutive Hypermarchés France, une lettre l’alertant sur les conditions de travail des salariés de l’établissement.

Madame,

Vous nous faites aujourd’hui l’honneur et le plaisir de votre présence dans notre établissement. Toutes les équipes sont fières de pouvoir vous accueillir dans notre magasin et vous montrer le travail qu’elles réalisent au quotidien.

Cependant, travailler à Carrefour Saran devient de plus en plus difficile. Les conditions de travail se sont dégradées depuis environ deux ans et les salariés le ressentent très clairement dans leur quotidien. Cette dégradation se traduit par une multitude de facteurs qui viennent entraver notre travail, nous font perdre notre motivation et notre fierté de travailler pour cette enseigne.

Le premier de ces facteurs, celui qui revient le plus souvent dans les constats des salariés et qui entravent le plus la bonne marche du magasin, est le manque de personnel. Depuis des années, les effectifs de notre établissement se réduisent. Aujourd’hui, nous avons atteint un étiage qui ne nous permet plus d’assurer la qualité de service que nous voulons pour nos clients. Les rayons sont vides alors que la marchandise reste en réserve ! Bien que ces sujets soient récurrents dans notre métier, nous n’avons jamais connu les rayons dans un tel état. Certains salariés, présents depuis de nombreuses années dans notre établissement, vont jusqu’à dire qu’ils ont « honte » de l’état de leur rayon. C’est vous dire l’attachement des employés à ce magasin et à leur travail.

Nous ne voyons aucune amélioration à l’horizon. Devant ce manque de moyen, les employés parent au plus pressé. Tout se fait dans l’urgence. Les nouveaux arrivants ne sont tout simplement pas (ou peu) formés car les titulaires sont accaparés par le remplissage des rayonnages. Les tâches annexes (contrôle de prix, pose des étiquettes, balayage…) sont aussi délaissées.

Le manque de personnel touche également gravement les managers. Il manque à ce jour cinq managers et un sixième doit partir à la fin de l’année. Comment le magasin peut-il fonctionner si les équipes ne sont pas accompagnées par un manager compétent ? Les équipes se sentent abandonnées et les animateurs d’équipe tentent de maintenir le cap de leur mieux.

Nous manquons également de moyens matériels. Le sujet le plus irritant pour les équipes sont les pannes récurrentes des tire-palettes électriques. Surtout, ceux-ci ne sont pas réparés avant parfois de longues semaines. Le changement de contrat avec le fournisseur Toyata se traduit par des délais de réparation importants (sans parler des délais pour obtenir une signature de notre Directeur Régional sur le devis…). Cela se traduit pour les équipes par une perte de temps et d’énergie et des risques liés à l’activité physique (arrêt maladie pour mal de dos, etc.). Il y a un réel décalage entre le discours porté par l’entreprise sur le bien-être au travail et la réalité du terrain.

La bonne humeur et la convivialité qui faisaient la force de nos équipes ont disparues. Les employés n’ont plus l’entrain qu’ils avaient autrefois. Cela aussi a des conséquences sur le travail et la santé des salariés.

Nous espérons que ce courrier attirera votre attention sur la situation des salariés de Carrefour Saran et, plus généralement, des salariés de tous les Hypers.

Nous vous adressons, Madame, nos salutations respectueuses.

 Les élus Force Ouvrière de Carrefour Saran